La pédagogie Montessori

Maria Montessori (1870-1952) - Médecin & pédagogue italienne

Une démarche empirique d'observation.

Les fondements de l'approche Montessori

 

La pédagogie Montessori n'est pas une pédagogie scientifique contrairement à ce qui est beaucoup dit car elle 'na jamais mis en oeuvre de protocoles tels qu'ils peuvent être élaborés en sciences ou en sciences de l'éducation car ses expériences ne s'inscrivaient pas dans un cadre théorique solide. Il s'agit plutôt d'une démarche herméneutico-empirique c'est-à-dire une analyse basée sur l'observation. La méthode qui s'impose est celle de l'herméneutique (l'art d'interpréter) : les effets visibles sont considérés comme un texte qu'il faut déchiffrer, qui renvoie à un discours caché dont le texte disponible n'est qu'une sorte de transposition codée.

 

« Au lieu de la parole [l'éducateur doit] apprendre le silence ; au lieu d’enseigner, il doit observer ; au lieu de se revêtir d’une dignité orgueilleuse qui veut paraître infaillible, se revêtir d’humilité21. » Ce type d’observation attentive à distance n’est pas une aptitude naturelle : il faut l’apprendre « et savoir observer est la vraie marche vers la science. Parce que, si l’on ne voit pas les phénomènes, c’est comme s’ils n’existaient pas. Au contraire, l’âme du savant est faite d’intérêt passionné pour ce qu’il voit. Celui qui est initié à voir commence à s’intéresser, et cet intérêt est la force motrice qui crée

l’esprit du savant. »

Le matériel

Montessori s'est appuyé sur un matériel didactique sensoriel de très grande qualité, étudié du point de vue de la forme, de la texture, de la couleur, de la dimension, du poids et de l'ergonomie pour favoriser l'usage d'un sens en particulier dans l'apprentissage.

« Le matériel sensoriel peut être considéré de ce point de vue comme "une abstraction matérialisée"».

La matériel a été conçu pour libérer l'enfant d'une situation concrète pour l'emmener vers l'abstraction et la généralisation.

Les principes

Pour Maria Montessori, l'enfant s'engage dans une activité avant tout indépendante, parfois avec un ou deux autres enfants. Il s'agit à la fois de respecter les penchants et les centres d'intérêts de l'enfant tout en développant chez lui la responsabilité et l'autodiscipline. La liberté de l'enfant s'inscrit dans un cadre précis. Il s'agit d'une pédagogie encadrée destinée à développer la rigueur, l'autonomie, la responsabilité et à préparer à la vie (matériel de vie pratique).

L'enfant est traversé au cours de son développement apr des "périodes sensibles" qui le prédispose à apprendre : "l'esprit absorbant". Il s'agit donc de profiter de ces moments favorables aux apprentissages.Une diversité d'activité est proposée, dans le cadre de certains process (le matériel doit être présenté individuellement à l'enfant). Ces activités sont conçues pour favoriser la concentration et l'auto-correction.

Comme pour toutes les pédagogies alternatives, la classe est construite à partir d'un groupe multi-âges. La différence d'âge favorise l'apprentissage vicariant (Bandura) et chacun avance à son rythme. Il n'existe pas d'évaluation comme dans l'éducation traditionnelle même si les enfants sont observés et "situés" dns le cadre de leur développement.

L'écoute, l'observation, l'agilité, la bienveillance sont des attitudes valorisées.

Concepts clés

  • Esprit absorbant

  • Matériel didactique adéquat

  • Eduquer et transformer par les sens

  • Science de l'observation

  • Périodes sensibles

Remarque

Contrairement à d'autres pédagogues comme Freinet ou Freire, Montessori n'a pas pris de position politique en tant que pédagogue et ses relations avec le fascisme de Mussolini restent à éclaircir. Sa pédagogie est influencée par le vitalisme plutôt que par la religion.

La pédagogie Montessori n'est pas individualiste mais elle n'est pas pour autant une pédagogie collaborative et coopérative comme chez Freinet. Elle s'articule prioritairement autour d'un apprenant.

Liens

- Sa théorie de la perception a de nombreux points communs avec l'approche de Pestalozzi lui-même largement influencé par Rousseau.

- Comme Freinet, le jeu libre n'a pas de place et le ludique peu de place.

- En tant que médecin, Montessori est influencée par la conception génétique du développement de l'enfant tout en considérant que ce processus n’est pas linéaire mais plutôt dynamique, ponctué d’ « explosions » — éveils,

révélations, transformations, synthèses créatrices — qui le portent à de nouveau niveaux d’évolution dont on ne peut même pas pressentir la nature. Elle écrit à ce propos : « Le développement est une série de naissances successives. ». Elle se rapproche de Wallon et des constructivistes.