L'approche Feuerstein

Reuven Feuerstein (1921-2014) - Pédagogue israélien

« Apprendre à apprendre. »

En quelques mots

 

L'approche a d'abord été mise en oeuvre pour aider les enfants "déficients" dans le sens où leurs capacités cognitives seraient altérées (ex: enfants avec troubles du comportement et de l'attention ). Désormais, elle est utilisée avec les enfants (et les adultes) "normaux" pour les aider à mettre en place et à optimiser leurs fonctions cognitives. Cette approche constitue, d'une certaine manière la base des approches qui viennent s'y associer et l'enrichir comme Montessori et Freinet.

Prenons un exemple : dans la pédagogie Montessori, la façon de "demander la parole" fait l'objet 'une présentation de l'éducateur aux enfants (une sorte de médiation). Attendre d’avoir la parole est difficile pour les enfants et fait l'objet d'un apprentissage chez Montessori. Cette pédagogie n'a toutefois pas perçu que cela sous-tendait le gestion d'une fonction cognitive : Feurerstein parle de gestion de l’impulsivité (fonction cognitive) vs régulation du comportement (critère de médiation).

On constate à quel point ces deux approches sont complémentaires !

La Modifiabilité Cognitive Structurelle (MCS)

Le professeur Feuerstein définit trois concepts pour comprendre le cadre d'application de sa méthode :

  1. Celui de Ia « modifiabilité cognitive » : cette notion rejoint celle de plasticité cérébrale mise en avant par les neurosciences. Elle exprime le fait qu'il n'existe pas des stades de développement figés mais que le cerveau se modifie et s'adapte structurellement à condition de recevoir la bonne "médiation" et d'être dans le bon "environnement".

  2. Celui de « l'expérience d'apprentissage médiatisé », apprentissage pris au sens large dépassant les contenus disciplinaires, scolaires ou éducatifs "' et, «médiatisé» au cours d 'une médiation c'est-à-dire une relation directe entre un médiateur, qui guide, et un médié, qui apprend : un enseignant et un élève ou un parent et son enfant, par exemple. 

  3. Celui des « environnements modifiants qui s'opposent aux environnements adaptés aux difficultés et handicaps. Feuersteine avait déjà vu ce qu'exprimé Olivier Houdé dans son ouvrage"l'école du cerveau": "les traces de l'environnement, artistique et culturel, s'impriment quasiment directement dans le cerveau. (...) l'éducation en famille ou à l'école doit dès lors veiller à exposer en priorité le cerveau des enfants à la beauté". 

Des outils de travail accompagnent le travail de médiateur :

  1. Douze critères de médiation qui définissent ce que doit être I'interaction entre un médiateur et un médié pour qu'il y ait réellement "médiation". Trois critères de médiations sont primordiaux : I'intentionnalité réciproque, Ia transcendance, le sens ( signification et direction) ;

  2. Une liste de fonctions cognitives déficientes, qui identifie et nomme les dysfonctionnements possibles de l'acte mental selon ses trois phases, l'entrée des éléments composant une situation, I'élaboration d'une pensée à partir de ces données recueillies et le rendu d'une réponse;

  3. Une carte cognitive, une check-list en 7 points d'analyse d'une situation d'apprentissage et de ses supports.

Dans sa méthode, Reuven Feuerstein a conceptualisé et explicité trois grandes directions de travail :

  1. Le LPAD, learning potential assessment device, batterie de test et leurs consignes de passation et d'évaluation dynamique que le professeur Feuersein traduit aujourd'hui par outils d'évaluation de la propension d'apprentissage ;

  2. Le PEI, programme d'enrichissement instrumental, dont le but est de redynamiser la dynamique mentale en corrigeant les fonctions cognitives déficientes ;

  3. La mise en place d'environnements modifiants.

 

La méthode est destinée aussi bien aux enfants "normaux" qu'aux enfants dits TDA/H (Trouble de déficit de l'Attention / Hyperactivité) qu'aux enfants préscolaires. Contrairement aux tests psychologiques classiques, cette méthode d'évaluation peut être passée en présence d'un médiateur qui aide la personne à comprendre les questions posées.

 

(Texte extrait de : Développer les capacités à apprendre, de Feuerstein à la médiation des apprentissages, Annie Cardinet, Ed. Chronique Sociale, 2009, p.21)

L'enfant à la capacité de modifier ses structures de pensée sous l'effet de la médiation.